ABONNEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE

Recevez les dernières nouveautés et promos exclusives!

 

Au tout début de la pandémie, j’ai lu un article qui disait : « Enfants du verglas, Parents du Covid ». Cette phrase m’a rappelé les beaux souvenirs reliés à la crise du verglas quand j’étais petite. Les beaux repas en famille sur le bord du foyer qui sentaient le bonheur et le réconfort! J’ai alors pris conscience que notre mission en tant que parents pendant ce confinement est de créer des souvenirs heureux pour nos enfants. Par contre, on ne va pas se mentir, la réalité actuelle est complètement autre! Avec deux enfants de 4 et 6 ans à occuper, une maison à gérer et les courses à faire, on a pas du tout l’impression d’être en congé. On vit tous du stress face à la situation, face aux difficultés financières et sociales qui y sont liées et on réagit tous différemment vis-à-vis la crise. 

De mon côté, je suis une jeune maman avec 2 enfants en bas âge ; au début c’était plutôt agréable, des petites vacances forcées en famille bien méritées! Et puis, peu à peu l’incertitude du après s’est emparée de moi. Je me suis alors dit que si j’étais stressée, mes enfants et mon conjoint l’étaient probablement aussi… Après plusieurs semaines de confinement, il est grand temps de se réajuster et de prendre un moment pour se questionner, ensemble. 

Au souper, prenez le temps de demander simplement, comment ça va? Demandez à vos enfants de nommer ce qu’ils apprécient du confinement et ce qu’ils aiment moins. Sont-ils bien à la maison? Est-ce qu’il y a une activité qui leur manque? Qu’est-ce qu’ils voudraient changer de leur quotidien? L’important, c’est de poser des questions ouvertes afin de bien comprendre l’état d’esprit de votre enfant. 

Plusieurs petites activités existent pour aider votre enfant à identifier et canaliser ses émotions. C’est également une belle occasion pour vous de mieux comprendre son comportement. 

  • Dessiner ses émotions ; que ce soit par le dessin, la peinture ou toute autre forme, l’art exerce la créativité et procure un sentiment de liberté qui éveillent les sens des jeunes et moins jeunes. 
  • Raconter une histoire qui reflète comment votre enfant se sent. Pas besoin d’être compliquée! Justement, plus c’est simple, mieux c’est! Proposez un personnage imaginaire qui vit son lot d’émotions intenses au fil de ses aventures farfelues. Une belle façon d’extérioriser et de soulager certaines émotions difficiles à gérer.
  • Faites du sport avec lui! Si votre enfant éprouve de la colère, se sent seul ou s’ennuie, l’inviter à extérioriser ses émotions par l’activité physique lui fera le plus grand bien! Et du même coup, à vous aussi!

J’ai fait du sport avec mes enfants et leur enthousiasme m’a franchement impressionné! Après l’activité, nous avons identifié ce qu’ils ont appréciés et ce qu’ils ont moins aimés, et on se concentre maintenant sur les éléments qui leur apportent du plaisir! 

Par exemple, ma fille nous a mentionné qu’elle aimait beaucoup sortir prendre une marche ou faire de la trottinette. Elle insistait sur le fait qu’elle voulait le faire à tous les jours. Alors vous avez deviné, ça fait maintenant parti de notre routine quotidienne! Un petit geste, mais si ça peut faire une différence dans la journée de ma fille, pourquoi pas! Ces sorties journalières font du bien à toute la famille. 

Alors voilà mon conseil du jour : écouter votre famille et VOUS écouter. Parce que oui, vous aussi vous avez des besoins et c’est important de ne pas vous oublier. Ne vous mettez pas trop de pression, prenez le temps de comprendre comment chaque membre de la famille se sent, vous serez tous en mesure de mieux vous aider à passer au travers cette épreuve. 

Courage, #ÇaVaBienAller !

Marie-Audrey