fbpx

Les amourettes de nos enfants

Par Josée Ménard, Sexologue

C’est tellement mignon d’entendre notre enfant dire qu’il est amoureux! De le voir, main dans la main, partager des petits moments de bonheur intense. De le savoir heureux avec l’autre, isolé du groupe pour ne jouer qu’avec cette nouvelle flamme. De réaliser qu’ils font des gestes pour se plaire (il lui fait un dessin, elle partage son jouet préféré, etc.). Mais l’amour entre enfant existe-t-il? Et qu’est-ce qu’une amourette?

Quelle émotion merveilleuse que d’être en amour! C’est à souhaiter à tous, surtout à nos enfants. Être amoureux exige notamment une bonne connaissance de soi, une capacité d’introspection et la volonté d’aller vers l’autre. La maturité et la capacité de vivre l’amour partagé n’arrivent que vers l’âge de 14-15 ans.

En fait, jusqu’à ses 8 ans environ, l’enfant est dans le mimétisme. Ce qui veut dire que tout ce qu’il voit, il le répète. Mon conseil : c’est le moment pour les parents de prendre conscience de leurs bons et mauvais comportements amoureux et sexuels.

Est-il amoureux? Oui, il ressent définitivement une préférence pour un enfant en particulier. Mais il joue, il s’amuse à faire comme papa ou comme maman. Il recrée ce qu’il connaît et imite ce que sont ses parents. Sa motivation lui vient de ce qu’il vit à la maison, de ce qu’il voit autour de lui, par ce qui fait rire ou est ressenti agréable, de par ce qu’on lui dit (par exemple lorsqu’on lui demande s’il a un chum ou une blonde). Au final, il imite.

La garderie et l’école sont des endroits pour socialiser. Ils ont été conçus pour favoriser un climat d’apprentissage facile mais aussi pour développer les habiletés à vivre en société, à développer des liens avec les autres et à tisser des liens d’amitiés.

Il arrive que deux ou trois petits aient de plus grandes affinités. Ou qu’ils ressentent un certain bien-être lorsqu’ils sont ensemble. Ça ne veut pour autant pas dire qu’ils sont amoureux. L’attitude parentale peut pousser les enfants à agir comme des adultes sans vraiment savoir ce qu’ils font.

Un enfant en constante recherche de «conjoint» ou de contact physique dénote un flagrant manque d’attention et d’affection parentale. Ce qui est sain, c’est d’aider notre enfant à reconnaître le bien-être et les bonheurs du vivre ensemble tout en le gardant dans nos bras, tout près de notre cœur.

Alors cette année, pour la Saint-Valentin, mettez de l’avant l’amour dans sa généralité et l’appréciation globale pour un ami gentil ou une copine souriante! Après tout, cette journée est la fête de l’amour universel. De plus, qu’y a-t-il de plus agréable que de recevoir des compliments de notre premier amour… nos parents!

Josée Ménard
Les amourettes de nos enfants

— Josée Ménard, Sexologue est membre de l’OPSQ et fondatrice du site QuestionSexualite.ca qui est un service sexologique d’information, d’éducation, de prévention, de consultation et d’aide à la population internaute.